Hybridation in situ en fluorescence (FISH)

Triple marquage par Hybridation in Situ en fluorescence sur un embryon de drosophile

FISH wholemount, source

L’ hybridation in situ en fluorescence, est une méthode par laquelle le profil d’expression spatial et temporel de différents gènes peut être visualisé. Cette démarche repose sur la technique de l’hybridation in situ (HIS) et consiste à injecter des réactifs et des colorants fluorescents dans les échantillons pour déterminer la localisation de l’expression de gènes spécifiques au sein de différents sujets tels que des embryons ou des coupes de tissus.

Cette méthode est une technique de détection indirecte qui vise les acides nucléiques. Son principe repose sur la propriété qu’ont 2 séquences nucléiques complémentaires de s’apparier de façon spécifique et extrêmement forte. Les acides nucléiques sont des macromolécules qui sont des unités de structures de composants cellulaires telles que l’ADN.

En utilisant des sondes complémentaires couplées à un marqueur fluorescent, il est possible d’étudier de façon précise la localisation ou l’expression d’un gène au sein d’un échantillon (lame, tissu, embryon). Les marqueurs fluorescents permettent d’émettre un signal lorsqu’ils sont excités à une longueur d’onde précise. Les sondes doivent être conservées à l’abri de la lumière pour ne pas perdre leur fluorescen
ce et sont visibles grâce à des microscope à épi-fluorescence .

Le protocole de la FISH peut s’effectuer sur des échantillons in toto comme des embryons ou des organes qui ont étés prélevés et préalablement fixés.

Grâce au Flo 400, notre automate de biotechnologie, les échantillons sont soumis à un flux continu de sondes, ce qui permet un transfert des sondes jusqu’au cœur des cellules ainsi qu’une préservation de l’intégrité de l’échantillon. Le recyclage continue des sondes et des solvants, réduits les temps d’analyse et de lavages nécessaires à l’obtention des résultats tout en permettant une diminution importante du bruit de fond. De plus par l’opacité de l’automate, la perte de fluorescence des sondes est très faible, voire nulle.
L’automate permet aussi d’effectuer de l’immmunohistochimie, d‘hybridation in situ ou de transparisation.

Découvrez notre
si vous désirez plus d’informations,

 

Principe de l'Hybridation in Situ en fluorescence sur cellules

FISH (Fluorescent In Situ Hybridization)

 

En savoir plus :